Valérie Lincot, principale du collège: “une équipe engagée”

Valérie Lincot officiait l’an dernier au collège Maurice Scève à la Croix-Rousse. Il a fermé ses portes en juin dernier pour fusionner avec le collège François Truffaut et devenir le collège de la Tourette, installé dans les anciens locaux de l’IUFM. Valérie Lincot, affectée au collège Rameau, présente ses objectifs.
Quels sont les défis à relever?
C’est un gros établissement à fort potentiel qui souffre d’un déficit d’image. Avec Bruno Facchi, le nouveau principal adjoint, nous avons étudié le collège et il nous apparaît que sa situation est très saine, financièrement et pédagogiquement. Nous avons trouvé une équipe engagée. Prête à se retrousser les manches.
Quel est votre constat?
Il s’y fait déjà des choses intéressantes, notamment avec le soutien apporté aux élèves en difficulté. Les résultats au brevet ont augmenté de 15 points par rapport à l’an dernier, 5 points au dessus de la moyenne académique, ce qui est excellent et les mentions ont suivi. Nous commençons notre mission sur des bases saines et engageantes que partagent les enseignants et les parents d’élèves. Nos élèves de 6e sont en effectif réduit, ce qui leur permettra d’aborder convenablement leur nouveau parcours en collège.
Et les travaux?
Il faudra aborder les trois années de rénovation du collège qui commencent dès aujourd’hui. les travaux se feront par tranches et nous nous associerons avec l’Ecole Centrale, pour présenter aux architectes des projets pédagogiques demandant les modifications de plans d’intérieur.
Un souci avec le ramassage scolaire?
C’est le seul point noir que nous relevons: l’absence de transport en commun vers Lissieu à 16h40. Si nous n’avons pas gain de cause auprès de Sytral, nos enfants devront patienter 2 heures au collège. Ce qui n’est pas acceptable.
Article paru dans LE PROGRES du 5 septembre 2013

Post navigation